< Accueil >                                           Nos actions pour 2018 et 2019 font bouger les lignes…   

         

Tous les pêcheurs en mer au Nord du 48ième parallèle l’attendaient. Ils peuvent à nouveau pêcher le bar dans la limite de 1 par jour et par pêcheur depuis le 1er octobre 2018. Notre fédération n’as pas ménagé ses efforts pour obtenir la levée de cette interdiction aussi injuste qu’injustifiée : quatre manifestations sur l’ensemble du littoral concerné (Pont de Normandie, Morlaix, Cherbourg, Calais), sensibilisation des Elus, audit à l’Assemblée Nationale, nombreuses démarches dans les ministères et auprès de la commission européenne, entretien avec le Ministre Stéphane Travert,  actions concertées avec les autres pays européens dans le cadre de l’EAA et le soutien de l’EFTTA, requête devant la Cour de Justice européenne… Un travail acharné et incessant qui a fini par porter ses fruits. Un travail auprès des institutions que certains tentent de s’approprier mais qui, au niveau national et européen, a été essentiellement mené par notre fédération !

 

Merci à tous les plaisanciers, à tous les comités départementaux et régionaux qui se sont engagés et ont participé activement à nos actions. Merci à tous les élus qui nous ont écoutés et soutenus. Merci au Ministre Stéphane Travert, à ses services et au Président de la Commission Pêche au Parlement européen Alain Cadec pour leurs interventions en notre faveur.

 

Ce succès important auquel notre fédération a grandement contribué montre qu’il est possible de modifier en cours d’année une mesure prise par les ministres sur proposition de la commission quand celle-ci s’avère injuste et injustifiée. Nous en prenons acte.

 

Mais cette levée d’interdiction, si symbolique soit-elle, ne nous satisfait pas pleinement et nous allons poursuivre nos efforts pour les années à venir. Nous travaillons pour la reconnaissance de la pêche de loisir dans la Politique Commune des Pêches (PCP). Nous soutenons les actions d’Alain Cadec en faveur de la mise en place d’un quota mensuel ou annuel pour les espèces en difficulté. Les amendements des textes législatifs actuels proposés par A. Cadec dans le cadre du plan pluriannuel de gestion pour la Manche et l’Atlantique ont été adoptés par la commission pêche européenne le mardi 9 octobre 2018 et devraient être validés lors de la prochaine séance plénière.

 

Parallèlement, au niveau national, le principe d’un quota mensuel avec déclaration de prises, pour les espèces en difficultés pour lesquelles les prélèvements de la pêche de loisir s’avéreraient significatifs, a été retenu et figurera dans les propositions examinées lors du prochain Comité Interministériel Mer de fin d’année.

 

Comme vous le voyez, le combat est loin d’être terminé. Nous sommes parvenus à faire bouger les lignes. Notre activité respectueuse de la ressource et à fort poids économique est enfin reconnue et intégrée dans le cadre de la Politique Commune des Pêches. Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour faire valoir nos droits. N’hésitez pas à nous rejoindre et à vous battre avec nous pour un développement harmonieux d’une pêche de loisir durable et écoresponsable.

 

 

Communiqué FNPP membre de l’EAA / J. Kiffer