< Accueil >                                                  Position FNPP sur le bar 2019…

                                                                   

Suite aux différents articles parus dans la presse quotidienne, la FNPP souhaite préciser sa position et apporter quelques éléments de réponse à ceux qui s’interrogent sur le devenir de la pêche récréative en mer et son évolution dans les prochaines années…

 

La très grande majorité des fédérations représentatives de la pêche récréative en France est favorable, pour les espèces menacées pour lesquelles le prélèvement des pêcheurs de loisir s’avérerait significatif, à une limite mensuelle de capture avec déclaration préalable des prises. Cette proposition devrait être examinée dans le cadre du Comité Interministériel du 15 novembre 2018. C’est, selon nous, la mesure susceptible de sortir la pêche de loisir des impasses actuelles et d’assurer un devenir harmonieux de cette activité dont le poids économique est, rappelons-le, estimé à près de 3 milliards d’euros !

Avec le soutien et la participation active d’une majorité de pêcheurs en mer, nous avons obtenu la levée de l’interdiction de pêche du bar au nord du 48ième parallèle et la possibilité de prélever 1 bar par jour et par pêcheur du 01 octobre 2018 au 31 décembre 2018.

 

La FNPP, membre de l’EAA, a par ailleurs demandé pour 2019, en l’absence d’une limite de capture mensuelle difficile à mettre en place dans un délais aussi court, la possibilité de prélever 3 bars par jour et par pêcheur sur l’ensemble du littoral Manche Atlantique. Nous refusons fermement toute forme de discrimination Nord Sud reposant sur l’existence de deux stocks distincts. Cette considération ubuesque et infondée émane des mêmes scientifiques qui ont fourni aux autorités en 2017 des chiffres sur le prélèvement de la pêche de loisir surévalués d’un facteur 10 et qui ont attendus juin 2018 pour reconnaître leurs erreurs ! Nous sommes en présence d’un seul et même stock et la discrimination actuelle entre citoyens pêchant au Nord ou Sud du 48ième parallèle n’est pas acceptable. Elle divise arbitrairement la France, la Bretagne et le Finistère en deux parties distinctes. Nous tenons à remercier la grande majorité des Elus qui nous soutiennent dans nos actions pour s’opposer à cette discrimination infondée, absurde et intolérable.

 

EAA : organisme européen regroupant les pêcheurs de loisir européens

 

 

Communiqué FNPP